Les Eaux de Normandie noient le poisson !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le distributeur normand d’eau potable a pour nom “Eaux de Normandie”. Une entreprise privée ayant pour vocation l’exercice d’un service public mais qui, au contraire, cultive la discretion et se cache dans les méandres d’une liste de numéros de téléphone opaques, pourtant  baptisés “Cristal”. Pour les abonnés de ce service obligé souhaitant interpeler un responsable clientèle au sujet du m3 d’eau facturé, la navigation sur le clavier télématique ressemble à un combat de naufragé d’un bateau ivre. Le site internet, dédié à cette société, propose un contact on line pour la façade mais le webmaster, s’il s’est noyé sous les réclamations, a bu la tasse depuis belle lurette laissant les surfeurs à la dérive. De notre enquête qui en découle, on constate que la société “Eaux de Normandie” méprise totalement sa clientèle qui, de plus en plus, manifeste son mécontentement sur le tarif exhorbitant du montant du m3 facturé, fleurtant allègrement les 5 € soit 0,005 cents/litre toutes taxes comprises ! Un coût total des plus élevés de France qui a la particularité d’y inclure une facturation supplémentaire, à savoir, le même cubage d’eau consommé au robinet par l’abonné considéré comme  sitôt rejeté “dans les canalisations” au titre des eaux usées. En examinant de près la facture des “Eaux de Normandie” on s’aperçoit que le litre d’eau potable que chaque abonné est sensé obtenir à son robinet est aussi coûteux que le litre d’eau usée. Mais mieux encore, les “Eaux de Normandie”, par ce système de facturation, considèrent que le consommateur doit non seulement payer le cubage d’eau propre qu’il consomme au robinet mais également ledit même cubage, au centième de litre près, qu’il est supposé rejeter dans le réseau public ! En fait, les “Eaux de Normandie” facture des metres cube de suppositions à sa clientèle, soit un cas unique en France frisant l’illégalité. C’est bien pour cette unique raison, que cette Société, interpelée sur cette question à moult reprises, plonge sa tête sous l’eau, à tout niveau hierarchique, pour éviter d’écoper d’une quelconque réponse remettant en cause sa trésorerie. Quant aux autorités locales, saisies de la même interrogation, elles manifestent un étonnement certain mais, avec une nonchalence déconcertante, vous renvoient dans les nébuleuses de l’organisation des services publics.

Ainsi, abonnés des “Eaux de Normandie” sachez que vos “revendications”, même légitimes, plongeront, comme une bouteille jetée à la mer, dans le monde du silence entretenu par le service clientèle dont le beau pavillon bleu flotte uniquemnt le mérite d’exister.

Pascal BOISVERT

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.